ESPACE ADHERENT

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Retrouvez l'interview de Johan BENCIVENGA dans les Nouvelles Publications

Publié le 5/11/15

L'interview d​e Johan Bencivenga, président de l'UPE 13 dans les Nouvelles Publications du 6 novembre

Publié le 05 novembre 2015 par Frédéric DELMONTE

"L'UPE doit accompagner les entreprises dans le tournant numérique"

C'est un président jeune, un entrepreneur et un ex-patron de fédération professionnelle (celle du BTP 13) qui succède à Jean-Luc Chauvin. Elu à la tête de l'UPE 13 (Union pour les entreprises des Bouches-du-Rhône), Johan Bencivenga entend placer son mandat sous le signe de la transition économique et numérique.

N. P. : Quel type de président allez-vous être ?
Johan Bencivenga : J’ai 41 ans. Je suis un président en activité. Je compte être un président qui est dans la réalité de l’entreprise en général et de la mienne* en particulier, comme je l’ai été à la Fédération du BTP 13. C’est important. A la fin de mon mandat, je retournerai dans mon entreprise pour m’occuper de mes affaires.

Quels sont vos projets prioritaires en tant que président de l’UPE 13 ?
On est à un tournant de nombreuses choses pour ce territoire. Ma première priorité est de faire en sorte que l’UPE 13 accompagne les PME dans la mutation économique, technologique et numérique qui est en marche. Tout le monde est impacté. Je veux faire prendre le tournant du numérique aux entreprises du territoire.

C’est un devoir pour l’UPE de proposer aux PME des outils de gestion numérique. De la même manière que des services ont été développés par l’UPE, il faut inventer et développer les services de demain autour de la transition numérique et des nouveaux modes de financement des PME.

Comme tous les présidents de l’UPE 13, vous n’échappez pas, en début de mandat, à un dossier concernant le port. Cette fois encore, il s’agit de la SNCM**. Est-ce que le feuilleton ne commence pas à trop durer ?
C’est important pour l’avenir du territoire et du port et de l’ensemble des salariés de la SNCM, de trouver une solution. Le pire serait une liquidation. Comme tout le monde, l’UPE voit avec inquiétude les reports du tribunal de commerce. Plus la décision est longue à venir, plus le risque de liquidation est grand. Notre volonté est d’avoir une compagnie pérenne, c’est-à-dire moderne et adaptée aux contingences du XXIe siècle.

La Métropole va bientôt avoir son premier président. Quel message l’UPE veut lui faire passer ?
Quand une collectivité se crée, il y a le risque d’avoir une collectivité de plus. Là, le but de cette Métropole est d’apporter une dimension plus large et dynamique et une vision globale pour ce territoire, qui en manque cruellement, sur des sujets concrets comme les transports par exemple. Dans un premier temps, il y a un vrai risque que la Métropole soit plus tournée vers elle-même et passe son temps à s’occuper de ses problèmes de  gouvernance. Ce serait dramatique si cette phase s’éternise. D’autant que la Métropole est la collectivité qui va porter l’économie sur le territoire. Il faut qu’elle soit efficace dès les premiers jours.

L’autre préoccupation des entreprises concerne donc la facturation et les délais de payement. Lors de la création de la communauté urbaine de Marseille, on a eu un exemple douloureux. Les prestataires avaient mis plusieurs mois avant d’être réglés. Si en 2016 on retombe dans la même problématique, avec la crise économique que traversent les entreprises, ce serait catastrophique. Il y aurait alors de la casse. J’attire l’attention du futur président sur ce sujet.

* Johan Bencivenga est président de Kiping.
** Le tribunal de commerce de Marseille a examiné les quatre offres de reprises le 4 novembre 2015. Il rendra sa décision le 20 novembre.

Le nouveau président de l'UPE13 veut "travailler au décloisonnement des mondes"

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn